Idées voyage

Où partir au soleil en mai ?

Où partir au soleil en mai ?

Si les grandes vacances semblent encore loin, le printemps, lui, est déjà bien installé. Et avec lui, la promesse de journées ensoleillées et de soirées à rallonge, une végétation parfumée, des terrasses qui fleurissent sur les places et dans les ruelles, les eaux turquoise qui commencent à chauffer dans le bassin méditerranéen, les grands sites sans les foules des vacances scolaires... Courtes échappées ou longs courriers, en tête-à-tête ou en tribu, découvrez les dix destinations sélectionnées par les conseillers Voyageurs du Monde pour partir au soleil en mai.

 

  1. Afrique du Sud
  2. Indonésie
  3. Jordanie
  4. Italie
  5. Maroc
  6. La Réunion
  7. Israël
  8. Pérou
  9. Etats-Unis
  10. Grèce

1

Afrique du Sud

Au mois de mai, les températures sont très agréables en Afrique du Sud. C’est une saison délicieuse pour partir en voyage tout au bout de l'Afrique, découvrir ce triangle de terre bordé d'un côté par l'océan Atlantique, de l'autre par l'océan Indien. Dans le désert du Kalahari comme dans le parc Kruger, le temps est chaud et ensoleillé, les jours longs et dégagés, mais les nuits fraîches. L'hiver austral est la meilleure période pour les safaris : la végétation étant moins dense, les animaux sont plus visibles ! A Johannesburg et au sud-est du pays, les températures sont clémentes et les pluies réduites. L’occasion d’un séjour doux et silencieux, charmant et chaleureux, dans notre maison-musée où vécut Gandhi. Au Cap et sur la route des Jardins, le mois de mai marque la fin de l’été et le début de l’hiver austral, le climat restant doux et tempéré. Certains diront que c’est d’ailleurs au Cap que bat le cœur du pays : c’est là que l’Afrique australe devient l’Afrique du Sud. Alors, embarquez pour un voyage en Afrique du Sud en mai, et à vous l’hédonisme austral !

plage du Cap, Afrique du Sud

Sakhile Rampa/Getty Images/iStockphoto

2

Indonésie

Située non loin de l’équateur, l’Indonésie affiche sans surprise un climat plutôt équatorial et tropical, et le mois de mai marque le début de la saison sèche sur la plupart des îles. Les pluies sont alors plus rares, les températures plus clémentes et la période particulièrement propice à la découverte du pays – surtout qu’elle permet d’éviter les foules estivales. Alors, Bali la douce, l’hindouiste, aux plages oisives et aux rizières infinies ; Lombok la sauvage, à la beauté rêche, qui invite à la randonnée et au snorkeling ; Java, ses temples et ses ruines, entre jungle et volcans ; Florès, avec au large son parc national de Komodo peuplé des fameux dragons éponymes. Mais aussi des îles et archipels encore plus confidentiels : l’île de Célèbes, qui conjugue des traditions fascinantes et de superbes spots de plongée ; l’île de Sumba, paradis caché miraculeusement méconnu des touristes ; ou encore l'archipel discret et corallien de Karimunjawa, notre coup de cœur. Avec, ça et là, des adresses d’initiés, au charme singulier et au cadre naturel exceptionnel.

rite en Indonésie

Tuul et Bruno Morandi

3

Jordanie

Ancien carrefour des caravanes d’encens et d’épices, où se côtoient islam et chrétienté, Orient et Occident, la Jordanie est aujourd’hui un îlot de paix au cœur des tempêtes qui bouleversent la région. Et si les Bédouins sont convertis au modernisme, ils cultivent toujours l’hospitalité et partagent leur art de vivre avec générosité. Le printemps constitue, avec l’automne, la saison la plus propice pour voyager en Jordanie. Le temps est très ensoleillé et les températures agréables, sans atteindre les chaleurs étouffantes de l’été, ce qui permet de profiter pleinement des activités en plein air. C’est également au printemps que la nature est la plus verdoyante : amandiers en fleur, anémones noires de Pétra, et ces tâches roses, blanches ou mauves qui parsèment le désert. Optez donc pour un voyage en mai en Jordanie, des grands sites mythiques – Pétra en tête, la perle du Proche Orient – à l’univers minéral des wadis et jusqu’aux paysages de commencement du monde de la mer Morte, ou à ceux, d’un bleu infini, de la mer Rouge.

Petra

Herve Vincent/REA

4

Italie

Si les beaux jours vous donnent des envies de dolce vita, faites le choix de l’Italie pour voyager en mai. Pour un week-end, un pont, une semaine ou même plus ; à deux, entre amis ou avec les bambini ; la délicieuse botte de l’Europe est une terre aux richesses inépuisables. A cette période, le soleil est déjà bien installé sur la majeure partie du territoire, les températures grimpent sans toutefois atteindre leurs niveaux parfois caniculaires de l’été. Les eaux méditerranéennes commencent à chauffer pour la belle saison, tandis que fleurs et fruits embaument et colorent la campagne... Les breaks citadins – Rome, Florence, Venise bien sûr, mais aussi Milan, Naples ou encore Bologne – se partagent entre musées d’exception et soirées en terrasse. Les Alpes s’offrent aux randonneurs printaniers ; l’Ombrie chouchoute ses vignobles. Les Pouilles oscillent du baroque au balnéaire, sur fond de vergers et d’oliveraies. Pour une fenêtre sur la mer, optez pour la Sicile ou la Sardaigne, bien moins fréquentées que l’été, ou pour un hôtel perché sur la côte amalfitaine. Il existe mille façons de profiter d’une parenthèse ensoleillée en Italie.

 

Plage des Pouilles

Lucy Laucht

5

Maroc

Du fait de sa situation géographique, le Maroc connaît de grandes variations climatiques entre les zones côtières, de montagne ou de désert, ainsi qu’entre le jour et la nuit. Mais quelle que soit votre destination, partir en voyage au Maroc au mois de mai est toujours une bonne idée. Le printemps, avec un soleil largement présent et une petite brise marine au niveau des régions côtières, sera marqué par des températures plus élevées sur les hauts plateaux et les montagnes, tout comme dans le désert du Sahara. Reste alors à choisir entre un city-break dépaysant à Marrakech, Casablanca ou Essaouira ; quelques nuits dans le désert pour une expérience nomade ; un road-trip en liberté à travers le Grand Sud, ou avec chauffeur privé pourquoi pas ; un périple en train à la découverte du Maroc impérial (Fès, Rabat) ou encore des sensations fortes à Dakhla, nouvelle Mecque des kite-surfeurs.

Souk de Marrakech

Jérôme Galland

6

La Réunion

Si l’île se divise en deux grandes zones climatiques – sèche et abritée du vent sur la partie occidentale ; plus exposée aux alizés et aux précipitations sur la partie orientale – le mois de mai marque le début de la saison sèche (hiver austral) à La Réunion. Le ciel se dégage, le soleil perce, les températures plafonnent autour des 25°C (sauf en altitude !) et les pluies diminuent considérablement. C’est le moment d’entreprendre un voyage à La Réunion. On pourra alors opter pour le bleu de l’océan Indien et guetter les dauphins ou les premières baleines à bosse, ou bien pour le vert du parc national qui recouvre près de la moitié de l’île – les forêts, cirques, pitons et remparts sont si remarquables que l’Unesco les a distingués. Les plus actifs se lanceront à l’assaut du Piton de la Fournaise, tandis que d’autres préféreront lézarder sur une plage de la côte ouest, bien décidés à profiter du doux soleil du mois de mai.

Plage de l'Ermitage

Claude Avezard

7

Israël

Israël ne vient pas tout de suite en tête lorsque l’on réfléchit à sa prochaine destination de voyage au soleil en mai. Et pourtant ! Sur la côte, le climat est délicieusement méditerranéen, déjà chaud et sec. Dans les régions septentrionales et centrales (Galilée, Jérusalem), d’une altitude généralement plus élevée, le printemps est doux et aéré. Le sud-est et le désert du sud ont des étés torrides ; mai reste encore propice aux températures plus clémentes. Israël est donc une destination tout indiquée pour une virée au mois de mai ! On y revit des siècles et des siècles d’histoire et on prend la mesure des liens culturels, économiques et politiques qui façonnent les communautés installées sur ce bout de terre. On y fait la fête jusqu’au petit matin à Tel Aviv ou, au contraire, on s’isole du monde dans le désert du Néguev. Grand écart à Eilat, plein sud, où l’on plonge dans l’univers silencieux du monde sous-marin, au milieu des poissons colorés de la mer Rouge. Et puis, on flotte en apesanteur sur la mer Morte, on cabote sur le lac de Tibériade ou on bulle au soleil sur une plage de Méditerranée. Tout un programme.

plage de Tel Aviv

Marion Osmont

8

Pérou

La fascination pour le Pérou ne date pas d'hier : ce grand pays figure sur la liste des « to-do » de bon nombre de voyageurs et explorateurs d’hier et d’aujourd’hui. Bien que le pays se divise en plusieurs grandes zones climatiques (la côte, les Andes, l’Amazonie), le mois de mai marque globalement le début de la saison sèche au Pérou. Lima et la côte profitent de températures douces et ne sont pas encore accablées par le brouillard – une aubaine pour explorer la capitale et ses environs. Dans la cordillère des Andes, le temps se fait plus sec, ce qui facilite les randonnées : les trésors de Cuzco et le mythique Machu Picchu s’offrent à vous. Le soleil et la chaleur s’installent doucement, bien que les nuits restent froides. La région du Puno et du lac Titicaca peut être un peu plus fraîche, ce qui n’entrave en rien la majesté des lieux. Si l’Amazonie est chaude et humide toute l’année (c’est bien d’ailleurs ce qui la caractérise), le soleil revient toujours rapidement après un épisode pluvieux et au mois de mai, l’humidité est moindre et la chaleur plus supportable.

Andes Péruviennes

iStock/Getty Images Plus

9

Etats-Unis

Partir aux Etats-Unis en mai, c’est choisir d’éviter les vacances scolaires pour profiter plus librement des sites – urbains ou naturels. Si le pays-continent aux quatre fuseaux horaires affiche une grande variété de climats, due notamment à son étalement en latitude (49°N / 25°N) et à son incroyable diversité de milieux, le printemps met tout le monde d’accord : exit les températures caniculaires ou polaires, exit aussi les pluies diluviennes ou les risques de tempêtes. Reste ensuite à déterminer votre destination printanière. S’agira-t-il d’une parenthèse urbaine mythique – New York en long et en large, les grandes stars de la Californie, Chicago arty, Miami et les grands parcs de Floride – ou plutôt d’un road-trip nature au long cours ? Préfèrerez-vous découvrir des régions moins connues, comme l’Oregon, l’état de Washington ou le Nouveau Mexique ? Tenterez-vous la grande aventure de l’Ouest américain ou celle, encore plus exclusive, de l’archipel d’Hawaï ? Libre à chacun de choisir son voyage aux Etats-Unis mais une chose est sûre, ce ne sera pas le dernier.

Motel à Joshua Tree

Pia Riverola

10

Grèce

Au printemps, la Grèce est déjà enveloppée d’une douceur toute méditerranéenne. En cette saison, la Méditerranée réserve des bleus, des verts, des blancs saisissants ; la lumière est limpide. Les gens ont plus de temps à vous accorder. Puisqu’il y a moins de touristes, on a les sites antiques pour soi. Et quels sites ! Athènes, bien sûr, mais aussi Mycènes, Epidaure, Olympie, Delphes... Au large, exit l’affluence estivale. Au mois de mai, on renoue avec le caractère paisible et confidentiel des îles grecques. La Crète a ceci de remarquable que le climat y est agréable toute l’année. Si les Cyclades, quant à elles, sont sous le soleil six mois durant, certaines îles sont particulièrement prisées l’été : c’est hors saison qu’elles dévoilent leur vrai visage. Rhodes, Chios, Symi, les îles du Dodécanèse déroulent elles aussi leurs vieilles cités, leurs plages et leurs vergers, pour le plus grand bonheur des explorateurs hédonistes. Et puis, il y a des îles encore plus confidentielles, à l’image de Céphalonie ou Zante, en mer Ionienne, qui permettent de lancer les beaux jours sous les meilleurs auspices.

 

Par

CLARA FAVINI

 

Photographie de couverture

RENEE KEMPS

Printemps-Été

Vacance N°9

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.